Cercle Aquariophile Jurassien
Bonjour à toutes et à tous

Bienvenue sur le forum du Cercle Aquariophile Jurassien.
Venez partager avec nous votre passion, poser vos questions, vous informer, vous divertir...
Bonne humeur et courtoisie de rigueur Wink
Cercle Aquariophile Jurassien

Forum Aquariophile

Idea Pour poster vos petites annonces, merci de les adresser par MP aux modérateurs (Damien ou benoitj39) qui se chargeront de leur mise en ligne après lecture et validation Idea
Hommage à Thierry Guermont

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Des nouvelles de la fédération.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Aller en bas  Message [Page 5 sur 5]

101Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Lun 17 Juin 2013 - 19:55

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
Résistance aux antibiotiques : les pathologies piscicoles également
Écrit par Jean Jacques LORRIN
Jeudi, 06 Juin 2013


Sur le "Journal of fish diseases" (USA) une équipe de scientifiques s'alarme de la résistance aux antibiotiques concernant certaines maladies touchant les poissons d'ornement.

Des scientifiques de l'université d'Orégon ont procédé à des tests sur 32 poissons d'espèces différentes, venant de Colombie, de Singapour et de Floride, chez lesquels 64 colonies bactériennes ont été isolées.
9 antibiotiques différents ont été utilisés.
La tetracycline (Tetralysal® ...) est l'antibiotique qui a fait l'objet du plus fort taux de résistance (77%).
Le cefotaxime (Claforan®) reste le plus efficace avec quand même 16% de résistance.

Selon les chercheurs, la législation concernant l'utilisation des antibiotiques sur les poissons d'ornement reste très laxiste. Ces médicaments sont très couramment utilisés dans les élevages et lors du transport en vue de réduire le risque d'apparition de maladies liées au stress.

L'info (en anglais) sur le site du National Center for Biotechnology
Mise à jour le Vendredi, 07 Juin 2013 07:34


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

102Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Jeu 25 Juil 2013 - 22:14

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
CITES : réponse du ministère de l'écologie        
Écrit par Jean Jacques LORRIN    
Mercredi, 24 Juillet 2013


Le ministère de l'écologie vient (enfin) de répondre à nos différents courriers.

Ce courrier confirme l'obligation de justifier l'importation ou l'acquisition licite des scleractiniaires (comme de toutes espèces inscrites aux annexes du réglement (CE) n° 338/97 du Conseil du 09/12/1997).
Aucune des solutions proposées par la Fédération n'a été retenue pour régulariser la situation des aquariophiles actuellement "hors la loi (moratoire, procédure utilisées pour les permis perdus, dérogation pour les animaux d'élevage...)
Par contre, la réponse mentionne qu'il sera rappelé aux professionnels l'obligation de délivrance d'un certificat de cession.

Les détails ainsi que les commentaires de la FFA seront adressés très rapidement aux associations fédérées.
Mise à jour le Jeudi, 25 Juillet 2013  

-------------------------------------------------------------------------


Memorandum bourses        
Lundi, 15 Juillet 2013 15:20  
La Fédération vient d'éditer un memorandum concernant l'organisation des bourses.

Ce memorandum reprend toute la réglementation existante à ce jour et précise les régles concernant l'organisation, la fiscalité, l'hygiène, la sécurité, les assurances  etc.

Toute la législation intéressant l'aquariophilie en général est également reprise : convention de Washington, convention de Berne (pour ces 2 conventions avec la liste des espèces aquariophiles concernées) ainsi que les articles des codes de l'environnement, du commerce, des impôts, de la sécurité sociale, rural.

Les références des arrêtés ministériels sont également indiquées.

Toutes ces références sont mentionnées avec un lien permettant de les retrouver sur internet.

Ce memorandum est uniquement destiné aux associations affiliées et ne sera pas diffusé hors Fédération.
Il peut être obtenu en version dématérialisée, avec accès direct aux liens, sur demande auprès du secrétariat généralCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

103Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 2 Aoû 2013 - 8:01

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
La FFA prépare actuellement la mise en ligne de son nouveau site internet. Attention, toutes les rubriques ne sont pas terminées (la boutique par exemple). La mise en service définitive est prévue pour l'automne.
Nous restons bien entendu à l'écoute de vos suggestions


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

104Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 23 Aoû 2013 - 17:57

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Photo Aurélien Sapolin

Trichopodus leeri : espèce en danger

Écrit par Jean Jacques LORRIN
Jeudi, 22 Août 2013

Trichopodus leeri, le Gouramy perlé, était abondant dans les plaines de Sumatra et de Kalimantan. Un scientifique indonésien tire la sonnette d'alarme.

Selon Yuneidi Basri, coordinateur du laboratoire de la pêche à l'université de Bung Hatta (Padang – Sumatra - Indonésie), le Leeri est aujourd'hui très difficile à trouver dans la nature comme chez les revendeurs locaux de poissons d'ornement.
Après trois ans de recherches, Yuneidi Basri a constaté que de nombreux pêcheurs n'avaient pas vu cette espèce depuis très longtemps. Il en a finalement découvert dans la province de Riau, région centre-est de Sumatra. Environ 500 spécimens ont été collectés sur une durée de trois mois. Malheureusement seuls 200 ont survécus au transport vers le laboratoire de Padang.
Yuneidi Basri attribue la disparition de cette espèce (et de nombreuses autres) aux plantations de palmiers à huile qui ont contribué à la disparition de nombreuses zones marécageuses. Des fossés ont été creusés, les écosystèmes bouleversés. La reproduction des poissons est totalement perturbée. À ceci, vient s'ajouter la pollution due à la navigation des bateaux à moteur.

Le scientifique essaie désormais de sensibiliser le public à la valeur des espèces piscicoles locales.
Le laboratoire de Yuneidi Basri a été créé en 2010 et travaille sur les poissons d'eau douce locaux dont trois espèces sont considérées comme rares notamment du fait de l'introduction de poissons « commercialisables » qui perturbent la chaine alimentaire.
Epalzeorhyncus kallopterus, autre espèce locale, est également devenu rare.
Selon Yuneidi Basri, l'ouest de Sumatra possède plusieurs espèces piscicoles ayant une grande valeur économique pour les collectionneurs mais aussi pour la consommation. Elles sont malheureusement sous-estimées. Le laboratoire local est prêt à mener des recherches et de sensibiliser la population à leur sujet mais, travaillant de façon autonome, ne peut le faire que lentement, en étudiant les espèces une par une.

Source [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

----------------------------------------------------------------

10ème congrès FFA
Vendredi, 23 Août 2013

Anton Lamboj, Uwe Werner et Wolfgang Staeck, conférenciers du 10ème congrès FFA

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

14h : Anton Lamboj
Aquariophile depuis la fin des années 60, il se prend de passion pour les cichlidés d'Afrique centrale et de l'ouest en 1980.
Docteur en ichtyologie depuis 1997, il est aujourd'hui maître assistant à l'Université de Vienne (Autriche) où il enseigne la biologie des poissons et plus particulièrement celle des Perciformes. Ses travaux personnels, l'entraînent dans les pays de l'Afrique de l'Ouest où il effectue de nombreuses collectes scientifiques. Le fruit de ses recherches sur le terrain lui permet de publier de nombreuses communications scientifiques sur les Cichlidés de cette région.
Ses travaux sur la systématique, l'évolution, morpho-anatomique et la biologie moléculaire, font qu'il est actuellement le grand spécialiste des cichlidés fluviatiles africains.
Outre les cichlidés, Anton s'intéresse également à de nombreuses autres familles dont les anabantidés et les cyprinodontidés. C'est également un spécialiste des orchidées.
Auteur de trois ouvrages sur les cichlidés de l'ouest africains, il a également écrit de très nombreux articles dans les revues spécialisées. C'est aussi un conférencier très demandé jusqu'àux USA.
Président de la Fédération autrichienne d'aquariophilie et Vice-Président d'EATA, Anton a reçu le diplôme "Mastère FFA" lors du congrès AFC 2011
-------------------------------------------------------------------
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

15h15 : Wolfgang Staeck
Voyage aquariophile en Bolivie pour collecter des poissons d'aquarium.
Wolfgang Staeck est un aquariophile de longue date. Son intérêt principal concerne les Cichlidés d'Afrique orientale et les rivières sud-américaines. Wolfgang Staeck est l'auteur de divers livres concernant l'écologie et le comportement des Cichlidés. Il a décrit de nombreux nouveaux taxons notamment des Cichlidés nains d'Amérique du sud et de l'ouest. Plus récemment Wolfgang s'est consacré à d'autres familles de poissons, comme par exemple les Characidés.
Outre sa participation à la fédération allemande et à la DCG ( = AFC ) il s'est consacré à la clarification et à la rectification des exigences des conditions de maintenance souvent partiellement fausses et dépassées et ainsi scientifiquement souvent non valables dans le domaine aquariophile. Il a souvent attiré l'attention et publié de nombreuses prises de position concernant le problème des reproductions donnant des poissons non conformes au standard des espèces.
-------------------------------------------------------------------
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

16h30 : Uwe Werner
Un aquariophile passionné se présente.
Aquariophile passionné depuis 1958, Uwe a accumulé de nombreuses expériences avec les familles de poissons les plus diverses ainsi que les crustacés d'eau douce. Il en a tiré de nombreux ouvrages connus dans le monde entier :
Depuis les années 80 il a entrepris de nombreux voyages de collecte ichtyologiques risqués dans les régions les plus reculées d'Amérique du sud et d'Amérique centrale et a rapporté pour la première fois ou réimporté de nombreux poissons inconnus (le plus souvent des Cichlidés) d'Amérique du sud et d'Amérique centrale vers l'Allemagne. Uwe a également voyagé en Afrique Occidentale (Ghana et Cameroun) en a rapporté de très nombreux poissons.


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

105Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mar 3 Déc 2013 - 9:02

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
FFA Infos
2 décembre 2013


Un projet de loi assassin !
Lettre ouverte aux aquariophiles et à leurs associations

Le ministre de l'agriculture vient de présenter un projet de loi intitulé « Projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt».
Ce projet de loi est consultable sur internet : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl1548.asp )
L'article 24 est particulièrement inquiétant pour les éleveurs animaliers et donc pour l'aquariophilie notamment dans son 6 :
I. Dans les conditions prévues à l'article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à prendre, par voie d'ordonnance, les
dispositions législatives nécessaires afin de :
(...)
3° -Compléter la liste des personnes habilitées à rechercher et constater les infractions dans le domaine de la santé animale ou végétale, de
la protection des animaux, de la sécurité sanitaire de l'alimentation et de la mise sur le marché, de la vente ou cession, de l'utilisation et du
stockage des produits phytopharmaceutiques, en précisant le champ de leurs compétences et les pouvoirs dont elles disposent ;
(...)
6° - Renforcer les règles applicables au commerce des animaux de compagnie, ..., en réglementant ou interdisant certaines modalités de vente et de
cession à titre gratuit de vertébrés, et renforcer la protection des animaux en adaptant les dispositions de procédure pénale pour étendre le
pouvoir des associations de défense et de protection des animaux de se constituer partie civile ;
Nous y voilà !
Que comprendre dans ces quelques lignes qui pourraient être très lourdes de conséquences ?
Agissant par voie d'ordonnance, le gouvernement se dispense de la voie parlementaire. Les ordonnances servent bien souvent à faire passer des mesures
impopulaires. Il n'y aura donc aucun débat à l'Assemblée nationale mais une simple ratification. Il suffira qu'un conseiller lâche une idée pour
qu'elle soit adoptée sans discussion contradictoire. Et l'on sait qu'au ministère de l'agriculture, certains « hauts fonctionnaires » sont
ouvertement contre les éleveurs amateurs et réclament une modification du statut juridique des animaux. Ils sont très certainement à l'origine de
ce projet de loi. Une étude a d'ailleurs été lancée, par ce dernier ministère, sur ce statut alors que le Conseil Économique, Social et
Environnemental s'est déclaré contre toute modification.
Certains nous diront qu'il s'agit là de textes proposés par le ministère de l'agriculture donc destinés aux animaux domestiques. Peut-être ! Mais
le 6° parle d'animaux de compagnie et de vertébrés et les poissons, que ce soit les 5 espèces classées domestiques ou toutes les autres espèces,
sont considérés comme des animaux de compagnie et sont bien des vertébrés !
Les termes de ce projet de loi sont donc très flous et pourront être interprétés selon les volontés de chacun.
Si ce projet de loi passe en l'état, ce sera une première victoire pour les lobbies anti éleveurs amateurs. Et même s'il ne s'applique, au
départ, qu'aux animaux domestiques, il sera inévitablement repris pour les espèces dites sauvages, donc pour nos poissons et autres représentants
de la faune aquatique.
Depuis longtemps, des organisations extrémistes de protection animale agissent plus ou moins ouvertement. Leurs moyens financiers et leur audience
sont considérables. Elles ont tissé des réseaux relationnels très influents dans tous les milieux mais notamment politiques et médiatiques. Pour
nombre d'entre elles, l'animal ne doit être l'objet ni d'alimentation, ni d'exploitation, ni de loisirs. Elles souhaitent donc la fermeture des zoos,
des aquariums etc. et sont résolument contre les élevages amateurs. De même prônent-elles le végétarisme voire le véganisme et entendent
imposer leur vision à tous, par tous les moyens.
Ces organisations veulent donner aux animaux le même statut juridique que l'homme.
Depuis quelque temps déjà, elles martèlent les médias à coup de « bien-être animal », notion bien subjective qui immanquablement introduira un
flou et une insécurité juridique.
Depuis longtemps, la FFA tire la sonnette d'alarme sur leurs actions et sur le danger qu'elles représentent pour l'aquariophilie. Certains nous ont
traité d'alarmistes, de démagogues !
Mais que risque l'aquariophilie à partir de ce projet de loi ?
Il est quasi certain que les bourses ne survivront pas à la réglementation ou à l'interdiction de cession d'animaux par les particuliers éleveurs.
Et c'est bien le but du 6° de l'article 24 ci-dessus.
Et si, par miracle quelques bourses subsistent, n'importe quel représentant délégué par une association dite de protection animale pourra y faire
irruption, lancer une procédure judiciaire pour non-respect du bien-être animal (encore le 6° de l'article 24), se porter partie civile et demander
des dommages et intérêts (au nom de l'animal ?). Chacun sait qu'il est en effet difficile de maintenir, en bourse, les poissons dans les conditions
sinon exactes tout au moins très proches de leur milieu naturel.
La seule solution pour les éleveurs sera ... de ne plus élever ! Ou de détruire purement ou simplement leurs reproductions.
Nous allons trop loin ? C'est pourtant ce qui est arrivé aux éleveurs d'oiseaux. Des dizaines d'entre eux se sont fait traîner en justice.
Problème : du fait du flou juridique induit par la notion de « bien-être animal » et pour les mêmes motifs, certains ont été condamnés,
d'autres ont été relaxés. Bel exemple d'égalité devant la justice. Preuve que la notion de « bien-être » est bien subjective puisque même les
juges ne s'y retrouvent pas !
Que personne ne nous jette la pierre. Les aquariophiles sont absolument pour le respect de l'animal et considèrent que l'homme ne doit pas être
source de souffrance à leur égard. Les aquariophiles sont également pour la moralisation du marché aquariophile (qu'il soit amateur ou
professionnel). Ils feront tout pour encourager ces deux notions.
Mais s'il faut quelqu'un pour rechercher et constater d'éventuelles infractions (3° de l'article 24), ce ne peut être qu'un aquariophile. Tout
simplement parce qu'il connaît mieux que quiconque l'aquariophilie.
Ce n'est ni le premier venu, bobo parisien, écologiste de salon et soit disant « protecteur des animaux », ni le membre délégué d'une
association de protection animale, dont les seuls buts sont de voir la disparition de l'élevage amateur et de s'enrichir à coup de procès, qui
pourront en décider autrement.
Passionnés qu'ils sont, les aquariophiles sont tous, sans exception, des défenseurs des animaux en général et des poissons en particulier. Ils
n'ont de leçons à recevoir de personne sinon de ceux qui, comme eux, maîtrisent leur passion et savent ce que veut dire « bien être » pour leurs
pensionnaires.
Les lois concernant la protection animale existent, elles peuvent être adaptées mais avant tout et surtout appliquées.
Il est ubuesque de vouloir comparer l'animal à l'homme. L'anthropomorphisme n'a jamais contribué et ne contribuera jamais au bien-être animal.
Sans perdre de temps, les aquariophiles doivent réagir. Ce projet de loi ne doit pas être voté en l'état. Il y va de la survie de la vie
associative aquariophile. Quelle association osera encore faire une bourse ou ouvrir ses portes si elle risque à tout moment de se retrouver devant
la justice ?
Nous lançons donc un appel solennel aux associations aquariophiles afin qu'elles prennent conscience de la situation dramatique qui verra le jour si
ce projet de loi est voté en l'état. Plus nous serons nombreux et plus nous aurons de poids pour inciter le législateur à le modifier de façon à
ce que l'aquariophile n'aie pas à en souffrir.
La FFA s'est déjà engagée à de nombreuses reprises et s'engagera de nouveau sur ce point crucial, aidée par la Fédération Pronatura France,
association qui regroupe les associations d'éleveurs animaliers amateurs.
Sans tarder, il est impératif que les aquariophiles français comprennent qu'au-delà des querelles de clocher, des querelles de personnes, une
cohésion totale autour d'une Fédération forte et représentative est impérative pour pouvoir continuer à pratiquer une aquariophilie responsable
et durable.
Une multiplicité des actions ne ferait qu'opacifier les débats. Seule cette cohésion permettra de lutter efficacement contre ceux qui rêvent à la
disparition de nos aquariums, de nos élevages ... bref, entre autres, de l'aquariophilie.
Sans attendre, la FFA va interpeler les services compétents du ministère de l'agriculture et étudier les actions à mener

Bien cordialement

Le Conseil d'administration FFA


Écrit par Jean Jacques LORRIN      
Samedi, 07 Décembre 2013


Ce 5 décembre, en Allemagne, la CDU (parti au pouvoir) et le SPD  ont établi un contrat de coalition et ont présenté leurs projets. L'un d'entre eux, s'il vient à être adopté, entraînera inévitablement la disparition de l'aquariophilie.


…Wir verbessern den Wildtierschutz und gehen gegen Wilderei sowie den illegalen Wildtierhandel und deren Produkte vor; Handel mit und private Haltung von exotischen und Wildtieren wird bundeseinheitlich geregelt. Importe von Wildfängen in die EU sollen grundsätzlich verboten und gewerbliche Tierbörsen für exotische Tiere untersagt werden.

Traduction : ...nous augmenterons la protection des animaux sauvages et allons contre le braconnage ainsi que les produits et les animaux sauvages illégaux du commerce. Le commerce et la maintenance privée des animaux exotiques et sauvages seront réglés dans une unité fédérale. L'importation d'animaux sauvages devra être fondamentalement interdit dans la CEE et les bourses de vente pour animaux exotiques interdites.


Et lorsque l'on sait que :
•L'Union Européenne reprend la réglementation du pays le plus draconien ;
•Il existe en France des organisations qui demandent la même chose et envahissent actuellement le devant de la scène ; on imagine aisément l'avenir de l'aquariophilie européeene si rien n'est fait !!!

Malheureusement nous avons vraiment l'impression que les aquariophiles français ne veulent pas ouvrir les yeux devant les dangers qui se précisent et pensent qu'ils resteront au-dessus de la mélée.

Grave erreur. Si nous pouvons nous battre pour faire modifier les textes législatifs avant leur promulgation, il est trop tard lorsqu'ils sont publiés.
Plus nous serons nombreux plus nous serons représentatifs et plus nous serons représentatifs plus nous pourrons peser dans la balance.

Aux aquariophiles et à leurs associations de choisir et de se prendre en main !



Dernière édition par Le Prince du Burundi le Dim 8 Déc 2013 - 10:05, édité 1 fois


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

106Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mar 14 Oct 2014 - 9:20

ikola

ikola
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Bonjour à tous,
Je viens d'en égratigner quelques uns ici, cela vous amusera sûrment mais c'est assez consternant.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

107Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mar 14 Oct 2014 - 15:54

ikola

ikola
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Autopsie de la condamnation d'un aquariophile récifal
Un aquariophile récifal fait de l'entretien dans son aquarium. La densité de coraux est telle qu'il est obligé de les « élaguer » afin de garder des proportions compatibles avec la taille de son bac. Ces morceaux coupés deviennent des entités à part entière.
Que faire ? Les jeter ? C'est interdit (Art. R 653-1 du Code pénal).
En bonne conscience, notre aquariophile, A.R., monte ses boutures sur socle époxyde et les met en vente sur un site internet bien connu.
À ce moment, une machine infernale s'enclenche et il en sera la victime.

Le 7 mars 2013, à 9h51, parvient à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) de Loire-Atlantique (44) un courriel du SYNAPSES (l'un des syndicats de commerçants animaliers) signé Luc Ladonne, dénonçant la vente sur internet de boutures de coraux.
La méthode de vente est décrite comme « sophistiquée » [sic] (cela fait 25 ans que ça existe) et précise que le vendeur doit :
- détenir un registre d'entrée et de sortie (arrêté du 25 octobre 1995) ;
- remettre une attestation de vente justifiant l'origine des animaux ;
- déclarer ses revenus à l'administration fiscale.
Le syndicat se réserve l'intention de se porter partie civile au titre des professionnels victimes [sic] de tels faits, et demande 500 € de dommages et intérêts pour frais administratifs, ceci à la seule vue des annonces sur internet.

Voici le décor planté !

Le 8 mars 2013, l'Office National de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) fait une demande d'identification de vendeur dans le cadre d'une enquête de police. Dans cette lettre, déjà, il est précisé que le vendeur doit être titulaire d'un certificat de capacité ainsi que d'une autorisation d'ouverture d'établissement.
Problème ! Comment un agent de l'État peut-il écrire cela sans avoir au préalable entendu la personne suspectée et vu son installation ? La demande est signée J.B.

Procès-verbal d'investigation n° 057 2013 SDG44 de l'ONCFS : L'ONCFS fait une demande d'identification de l'auteur des annonces le 8 mars 2012 mais n'obtient pas satisfaction de la part du site internet, car sans réquisition.
L'ONCFS demande une co-saisine avec la gendarmerie et transmet le dossier. Le 11 mars 2013, la gendarmerie le prend en compte.

Le 14 mars 2013, sur réquisition, la gendarmerie reçoit la réponse du site. Les annonces sont au nom de Mme. T.G sous le pseudonyme "T..." et A.R.

Le 17 mars, sur réquisition du substitut du Procureur, un technicien à l'ONCFS de Loire-Atlantique assiste la gendarmerie comme « sachant » (celui qui sait) lors de l'audition de Mme T.G (compagne de A.R.) et A. R. lui-même.

Le 17 mars 2013, (un dimanche !) à 15h30 est auditionnée, par la gendarmerie, comme témoin Mme T.G (PV n° 00537).
La dame est au courant de la vente sur internet.
- Question : Etes vous titulaire d'un certificat de capacité pour la vente d'animaux domestiques ? [sic ; vous avez bien lu « domestiques » !]
- Réponse : Non
- Question : Avez-vous une autorisation d'ouverture pour la vente d'animaux ?
- Réponse : Non
Pour les autres questions, la dame n'est au courant de rien.

Audition de A. R. le 17 mars à 15 h 50 comme mis en cause (PV n°00537).
On notifie à la personne les raisons plausibles de soupçonner qu'elle a commis ou tenté de commettre la ou les infractions suivantes :
- Exploitation d'établissement pour animaux non domestiques sans certificat de capacité ;
- Ouverture non autorisée d'établissement pour animaux non domestiques - élevage, vente, location, transit ;
- Exploitation irrégulière d'établissement détenant des animaux non domestiques ;
- Cession non autorisée d'animaux non domestiques et de ses produits -protection particulière.
Lors de l'audition A.R. précise bien : « je possède UN aquarium chez moi avec des coraux qui ont énormément poussés et plutôt que de les jeter, j'ai décidé de les vendre sur internet... »

Procès-verbal de synthèse du 19 avril 2013 : dans la clôture, les quatre infractions sont retenues et le P.V. est transmis au Substitut du Procureur. Celui-ci proposera une composition pénale que A.R. acceptera après avoir négocié à la baisse (50 €) le montant des dommages et intérêts demandés par le Synapses.

Le 13 janvier 2014, la composition pénale est acceptée par le TGI de Nantes pour les faits suivants : offre, cession sans autorisation d'animaux d'espèce non domestique et de ses produits faisant l'objet d'une attention particulière.
A.R. est condamné à verser une amende de composition au Trésor public, à la réparation des dommages en versant la somme de 50 € aux Synapses et à faire paraître, à ses frais, ce jugement dans deux revues animalières.

La Fédération a fait sont enquête, interrogeant ONCFS, Substitut du Procureur et Ministère, sur ce dérapage à l'encontre d'un aquariophile qui ne disposait que d'un seul aquarium.

Dès le début, sur dénonciation du Synapses, l'ONCFS s'est laissé abuser par les motifs invoqués. Il aurait, au préalable, du s'informer en contactant le vendeur et éventuellement se présenter à son domicile, par l'intermédiaire du contact de l'annonce, avant de déclencher tout ce processus.

Rien que la lecture de l'arrêté du 10 août 2004 (élevage d'agrément) et son application dans le texte (et non son interprétation par l'ONCFS) aurait pu dissuader l'ONCFS de poursuivre la procédure. L'auteur de l'infraction dans son audition précise bien qu'il n'a qu'un seul aquarium.

Dans ce cas, il s'agit bien d'un élevage d'agrément, sans nécessité d'un certificat de capacité, ni d'autorisation d'ouverture d'établissement. Un certificat de capacité d'élevage d'agrément est obligatoire uniquement pour la maintenance d'espèces en1/A ou dangereuses.
À préciser que les sclératiniaires (coraux durs) ne figurent pas dans l'annexe de l'Arrêté du 10 août 2004, et qu'il n'y a pas de quota fixé.
Le cas de A.R. ne correspond à aucun des cas énumérés dans l'article 1.

La FFA a déjà adressé une lettre au ministère de l'Environnement, demandant de bien vouloir donner des précisions sur l'élevage d'agrément. La réponse, en date du 27 mars 2007, signé du Directeur de la Nature et des Paysages, précise : « dès lors que la reproduction revêt un caractère marginal au sein de l'élevage c'est-à-dire que les animaux le sont principalement à titre d'agrément et que seuls les animaux issus de la reproduction qui ne peuvent être conservés et qui font l'objet de dons ou de vente, il y lieu de considérer celui-ci comme un élevage d'agrément. Signé : J. W. ».

Ceci étant précisé, trois accusations n'ont donc pas lieu d'être :
- Défaut de certificat de capacité ;
- Ouverture d'établissement ; accessoirement les livres Cerfa entrés et sorties ;
- Défaut d'autorisation d'exploitation.
Donc, la seule infraction que l'on aurait éventuellement pu retenir contre A.R. est le défaut de n° CITES, de factures ou de certificat de cession de faune sauvage (Cerfa 14347-01) des pieds mères permettant la traçabilité. (CE 338/97 article 8 alinéa 5). Mais peut-être les avaient-ils !

Dans les divers procès-verbaux, rapports de synthèse, ni dans les auditions, pas une fois il n'a été demandé à l'accusé s'il possédait l'un de ces documents pour ses boutures !

On croit rêver ! Ni l'ONCFS, ni les gendarmes, ni le substitut du Procureur ne se sont posés la question. Tous ces services se sont rués sur les dires d'un syndicat qui, en fait, leur a fourni un "os à ronger ".

Nous avons interpellé la Direction de l'ONCFS de Loire-Atlantique sur cette condamnation dans une lettre du 24 mars 2014. La réponse (28 avril 2014) du chef de service départemental de Loire-Atlantique, précise « ...qu'il faut une preuve d'achat licite en vertu de l'article CE 338/97 article 8 alinéa 5 ». Exact!
Puis on cite de l'Acropora rose et bleu [sic]. On croit rêver pour la précision de l'ONCFS. Et de poursuive : « Lors d'un contrôle, Monsieur A.R. n'a pas été en mesure de présenter les justificatifs permettant d'assurer la traçabilité des pieds mères bouturés. C'est pour ce motif qu'il a fait l'objet d'une procédure judiciaire rédigée par la Gendarmerie ».

A.R. n'a jamais été contrôlé, il a été convoqué pour la première fois le 17 mars 2013 à la Brigade de St-Philbert-de-Grand-Lieu où il a été auditionné par un Officier de police judiciaire assisté (sic) de sachant (Agent(s)) de l'ONCFS, qui au moins eux, auraient du savoir.
Nulle part, dans la procédure, ni lors de cette audition, la bonne question, la seule d'ailleurs qui aurait été justifiée n'a été posée : Avez-vous les justifications permettant la traçabilité de vos boutures ?
Là l'ONCFS botte en touche avec de gros sabots sachant (pour une fois) qu'une boulette a été commise.

Conclusion : tout le monde s'est fait berner, de A.R. jusqu'au Substitut du Procureur.
A.R. a été mis sous pression pour qu'il signe une composition pénale validée par le TGI de Nantes.
Il aurait pu éventuellement être condamné pour défaut de CITES, de factures ou de Cerfa, mais, d'après la Loi, tout le reste ne tient pas.

Quel gâchis !

La Fédération a eu connaissance des faits après l'acceptation de la composition pénale contre laquelle, après acceptation, il n'y a aucun recours.
Cependant, nous avons alerté le ministère de l'Environnement. Nous avons été reçus au ministère où, lors de la réunion le 1er octobre 2014, le cas de A.R. a été évoqué. Les responsables rencontrés ont été consternés par cette procédure. Un rappel de la réglementation sera adressée aux services décentralisés de l'État (DDPP et Directions départementales de l'ONCFS).

En conclusion, il faut absolument refuser l'achat, dans les magasins ou dans les bourses, des boutures ou des pieds mères sans facture ou sans certificat de cession pour faune sauvage avec n° CITES.

Le ministère encourage les aquariophiles à dénoncer les magasins ne remettant pas ces numéros sur facture ou certificat de cession à la Fédération qui transmettra.

Robert Allgayer
1er Vice-Président FFA

108Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mer 15 Oct 2014 - 17:58

benoitj39

benoitj39
vice président du club.
vice président du club.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] fait,


__________________________________________________
Président du CAJ et Modérateur

109Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Jeu 16 Oct 2014 - 17:02

ikola

ikola
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Du nouveau au sujet des 5 espèces domestiques (Carassius auratus, Cyprinus carpio var. koi, Bette splendens (sélection uniquement) Danio rerio et Poecilia reticulata)


Précisions du ministère de l'agriculture sur l'article L.214-6 du Code rural
Le « IV » de cet article stipule que toutes les dispositions mentionnées « ...s'appliquent pour l'exercice à titre commercial des activités de vente et de présentation au public des autres animaux de compagnie d'espèces domestiques (NDLR donc des 5 espèces de poissons domestiques) », à savoir les obligations citées dans les 1°, 2° et 3° (déclaration au préfet, installations conformes et certificat de capacité).

La Fédération s'est interrogée sur les conséquences d'une lecture inadaptée de cet article par un représentant d'un service quelconque de l'État.
Le mot « commercial » pourrait être en effet pris au sens propre du terme et s'appliquer aux éleveurs d'agrément qui proposent, en bourse, uniquement leur surplus de reproduction et qui, en aucun cas, ne peuvent être considérés comme étant à la tête d'un établissement d'élevage.

Nous avons donc demandé, au ministère de l'agriculture, une réponse précise qui pourrait être opposée aux représentants de l'État dans le cas où cette situation surviendrait.

Réponse du ministère de l'Agriculture

Le mot "commercial" utilisé dans la rédaction de l'article fait référence à une activité de transactions pratiquées de façon régulière, en quantités substantielles et à des fins lucratives, impliquant le transfert de la propriété des animaux.
Cette définition est issue de la convention européenne pour la protection des animaux de compagnie de 2004.
Afin d'assurer la cohérence dans l'interprétation de cette définition, un projet d'instruction à destination de nos services est en cours de rédaction. Cette instruction fixera un seuil de revenu au-delà duquel la rémunération sera considérée comme substantielle. Ce seuil devrait permettre aux éleveurs d'agrément de proposer en bourse leur surplus de production sans être concernés par les obligations prévues au IV de l'article L214-6.

110Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Lun 10 Nov 2014 - 21:27

ikola

ikola
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Bonjour à tous,
Du nouveau, du lourd, j'attends vos réactions
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

111Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Lun 10 Nov 2014 - 21:40

Damien

Damien
Modérateur
Modérateur
On reconnait l'idéalisme écolo qui décrédibilise trop souvent ce mouvement ! Combien d'éleveurs ou aquariophiles amateurs mettent en oeuvre des moyens démesurés pour préserver telle ou telle souche de leur disparition programmée ?
Sans parler effectivement de tout le commerce aquariophile qui risque d'en prendre un méchant coup sur la tête, juste après l'explosion récente de la TVA...
De la démagogie de bas étage ce projet...


__________________________________________________
Modérateur

«Il paraît que notre cerveau ne fonctionne qu’à 50 % de ses capacités.
Je n'y crois qu’à moitié...»

112Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Lun 10 Nov 2014 - 22:26

benoitj39

benoitj39
vice président du club.
vice président du club.
Encore une fois ce sont des gens qui n'y connaissent rien qui vont prendre des décisions totalement illogiques . tout ça parce" qu'on leur a dit que". Sans aller au bout des choses et surtout sans demander avis ailleurs. Ben non pourquoi demander ailleur . " ce sont eux qui savent" même si ils ne sont jamais aller dans une association aquariophilie de leur vie. Ni même connu un aquariophilie sérieux.
Encore un beau gâchis qui se prépare au détriment de notre passion


__________________________________________________
Président du CAJ et Modérateur

113Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mar 11 Nov 2014 - 9:58

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
Il faut faire comme eux (les écolos, bonnets rouge et tout les autres), comme ils font pour le barrage de Sivens et l'Ecotaxe, etc. manifestons un peu partout dans les villes, un ou deux casseurs et nous serons invité à la table de notre chère Ségo la royale, chef de troupe qui arrête tout les projets, quand cela tourne au vinaigre.


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

114Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Mer 12 Nov 2014 - 12:21

Eric

Eric
Membre du club
Membre du club
Petit a petit La mort de l'aquariophilie prend son chemin...... Des nouvelles de la fédération. - Page 5 761375


__________________________________________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

115Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Jeu 13 Nov 2014 - 8:42

Le Prince du Burundi

Le Prince du Burundi
Animateur
Animateur
Interdiction d'importation d'espèces sauvages en Europe ?
La Fédération a, depuis plusieurs années, averti les aquariophiles que cette éventualité se présentera un jour au sein de la CEE.
Deux articles paraissent ce mois de novembre dans la revue allemande DATZ (Die Aquarienzeitschrift). L'un, très édifiant, du Dr. W. Staeck (Mastère de la Fédération) et l'autre de M. Hasselman.

Ces deux auteurs nous placent devant la réalité des faits et surtout mettent l'accent sur les projets allemands en matière de protection animale notamment suite aux accords du 30/09/2011 entre le SPD, les Verts, Büntnis 90-les verts et la gauche qui demandent instamment que l'importation et le commerce des animaux sauvages soient interdits. Le contrat de coalition du 27 novembre 2013 interdit fondamentalement, à moyen terme, l'importation des animaux sauvages dans la CEE.

Dans de nombreux pays, l'aquariophile est devenu un hobby populaire qui engendre, en « vivant », un chiffre d'affaire 240 millions d'euros. Depuis 1985, la croissance annuelle du commerce animalier aquariophile est de 14%. Un tiers des pays du tiers monde est impliqué. L'industrie aquariophile mondiale réalise un chiffre d'affaire de 15 milliards de dollars US (source FAO-Rome).
L'élevage des poissons d'aquarium est souvent, dans certains pays du tiers-monde, la seule occupation et, pour les populations les plus pauvres, la seule source de subsistance.
Dans ces pays, cette exploitation est souvent la seule possibilité de ressource supportable pour la nature et induit une croissance économique non négligeable.

Les opposants et critiques à l'importation d'animaux sauvages invoquent les risques de zoonose, la menace sur les espèces, l'invasion faunistique, une forte mortalité pendant le transport ainsi que l'absence de connaissance des particuliers au niveau de la maintenance et du bien-être animal.
Toute cette argumentation est sans fondement. Il s'agit de suppositions, de supputations, de fausses informations etc. transmises aux médias.
La discussion avec les protecteurs (ou activistes, ou talibans verts) de la nature (et des animaux) est pratiquement impossible. Les arguments sont souvent surréalistes, imprégnés de sentiments émotionnels et contiennent d'énormes erreurs biologiques fondamentales.
Ils refusent de reconnaître l'évolution des connaissances, les modifications et les progrès de la maintenance des animaux sauvages que l'on a pu constater ces dernières décennies.


Monstres 258x474
Est-cela que veulent les aquariophiles ? : de bas en haut - Parrots multicolores - Hybride d'Aulonocara X Pseudotropheus ; Hybride d'Amphyprion ocellaris X Amphiprion percula
Se seraient-ils laissés influencer par certains films d'horreur mettant en scène des piranhas et autres poissons réputés dangereux ? Pourtant, Il n'y a pas de poissons réellement dangereux parmi les poissons d'eau douce sauf, peut-être, Electrophorus electricus qui pourrait éventuellement tuer un aquariophile cardiaque. Mais curieusement l'espèce ne figure pas sur l'annexe des espèces classées dangereuses (arrêté de 1997) en France !

Comme la plupart des espèces sont d'origine tropicale ou subtropicale il y a peu de risques de les voir s'implanter dans nos latitudes européennes. Nos espèces invasives sont toutes originaires des zones froides ou tempérées.
Autres argument fallacieux des protecteurs :
• les chiffres énormes des pertes lors du transport : ils sont complètement extravagants. Une entreprise, qui doit avant tout être rentable, ne peut se permettre de subir de grosses pertes. Il est scientifiquement prouvé qu'elles se situent entre 1 et 2,5% (Wohr & al. 2005 ; Homuth, 2010).
• l'énorme quantité de poissons importés en France : mais savent-ils que beaucoup de ces poissons ne font que transiter avant d'être dirigés vers d'autres pays ?

À ce jour, aucune espèce n'est mise en danger par l'aquariophilie. La menace est essentiellement due aux modifications massives de l'environnement. Même dans les écosystèmes où la pêche pour l'aquariophilie s'effectue depuis des dizaines d'années, comme au Malawi ou sur le bassin du Rio Négro, jamais la biodiversité n'a été mise en danger par la pêche aquariophile. Les ichtyologues locaux n'interdisent pas la pêche et l'exportation des poissons, mais fixent des quotas pour les espèces en danger (Kalita & Deka, 2013).

De nombreuses espèces sont pêchées pendant la saison sèche, saison propice pour les autochtones. Les poissons prélevés sont souvent ceux qui vont mourir naturellement, par milliards, lors des basses-eaux saisonnières. En prélever, même quelques millions pour l'aquariophile ne changera en aucune façon l'environnement naturel. C'est la Nature qui se charge de cette régulation.
Mais les protecteurs, qui souvent n'ont jamais quitté le macadam de leurs villes, savent-il ce qu'est une iguarapé ou une varséa ? Savent-ils que lors de l'alternance des saisons le niveau de l'eau peut fluctuer de 12 à 20 mètres ?

Leurs arguments sont souvent de pures spéculations, sans aucune preuve scientifique.
Les aquariophiles investissent beaucoup de temps et de moyen financiers afin de maintenir les espèces selon les exigences liées à l'espèce. Ils ont donc intérêt à ce que leurs animaux vivent le plus longtemps possible.
De nombreux aquariophiles « spécialisés » reproduisent de nombreuses espèces en respectant les phénotypes sauvages et les diffusent lors des bourses. L'importation d'espèces sauvage est, de ce fait, limitée.
Mais, les aquariophiles qui ne veulent pas de spécimens sélectionnés seront pénalisés par l'arrêt des importations car le commerce de grande surface (genre Botajarditrufiland) n'est pas du tout intéressé par le sauvage. Pour eux, seul le 20/80% (20% des espèces représentent 80% des ventes) les intéressent. Ils se fichent totalement de l'interdiction d'importation du sauvage. Un fax vers les pays de l'Est avant 17h et les caisses en polystyrène sont là dès le lendemain, de préférence le vendredi pour pouvoir encore vendre les « moribonds » le samedi.

L'importation de poissons sauvages est indispensable pour l'aquariophile. Son interdiction sera le déclin de l'aquariophilie authentique, du commerce traditionnel et de l'industrie aquariophile.
Le prélèvement d'une petite quantité du pool génétique en milieu naturel permet de « régénérer » celui de la population captive, faute de quoi nous nous retrouverons, très rapidement et uniquement, avec des xyphos, Guppy, aulonocaras, et autres ramirezi flashy ou tropheus rouge fluo ... dans les bacs des magasins. Le patrimoine génétique se modifie très vite.

Voici donc brièvement exposées les menaces sur l'aquariophile.
Depuis longtemps, la Fédération lance des avertissements. Nous avons même mis en ligne une pétition dont le résultat s'est avéré assez médiocre.
Nous continuerons, avec EATA, toutes les associations et aquariophiles qui ont pris conscience des dangers qui menacent notre passion, à défendre les aquariophiles et l'aquariophilie contre la pression des lobbies européens à Bruxelles.

R. Allgayer
1er Vice-président - Conseiller scientifique FFA


__________________________________________________
Vice-secrétaire du CAJ

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

116Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Jeu 13 Nov 2014 - 12:49

Jyga95

Jyga95
Conseiller
Conseiller
Merci Robert !


__________________________________________________
La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.

117Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Jeu 13 Nov 2014 - 23:04

lolo le CAJun

lolo le CAJun
Membre d'honneur
Membre d'honneur

C'est triste, c'est encore des incompétents qui décident. Comme pour les coraux et les bourses, c'est les lobbys qui tirent les ficelles et les politiques qui font exécuter.


__________________________________________________
Vice-Président du CAJ / Consultant

118Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 14 Nov 2014 - 6:33

domdom137

domdom137
Membre du club
Membre du club
merci pour l'info. L'argent, c'est l'argent qui dirige le monde et ceux qui le manipulent.

119Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 14 Nov 2014 - 19:23

Philippe

Philippe
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Bonjour à tous

Laissez-moi vous parler de ce que j'ai eu l'occasion de découvrir et de rencontrer depuis deux ans que je suis ici au Pérou, plus précisément à iquitos, autrefois haut lieu d'exportation de poissons ornementaux.
J'eus l'occasion de discuter avec un vieux pêcheur qui a travaillé pour les exportateurs dans les années 80. Il me racontait qu'il lui arrivait de pêcher jusqu'à 80.000 poissons par semaine. Et il était loin d'être le seul à exercer cette activité. Je ne suis pas certain qu'il pourrait en faire autant aujourd'hui.
Au mois d'Aout de l'année dernière un jeune Français et moi sommes allés avec lui, spécialiste et particulièrement qualifié pour la recherche de poissons exotiques, sur le rio Momon, proche d'Iquitos. En toute une journée passée à explorer nous avons pu constater la pauvreté du milieu et la quasi absence de ce que nous recherchions, a savoir des poissons dignes d'intérêt aquariophile (sans parler des autres).
Au mois de Septembre de l'année dernière toujours nous avons fait une expédition aquariophile sur le rio Nanay à la recherche de discus. Nous avons fait appel aux services de pêcheurs professionnels et encore une fois le résultat fut maigre. La seule fois où nous avions découvert ce que nous cherchions, c'est lorsque les pêcheurs, en désespoir de cause, ont utilisé le barbasco (poison violent qui provoque l'asphyxie des poissons) avec pour résultat la pêche de 2 discus et la mort de plus d'une centaine d'autres spécimens de différentes espèces. Pour en avoir discuté depuis avec un exportateur il s'avère que la pratique est plutôt courante et même si les discus survivent à l'opération, ils conservent des séquelles.
Au mois d'Octobre de cette année nous avons entrepris une nouvelle sortie aquariophile sur le rio Tahuayo à une période de l'année où les eaux étaient particulièrement basses et nous avons exploré de petits affluents pratiquement à sec. Seules subsistaient quelques mares qui grouillaient de poissons (corydoras, apistogrammas, carnegiella strigatas, nannostomus, aequidens, hoplias malabaricus, rineloricaria, pyrrhulina entre autres). Que ce fut facile. Chaque coup d'épuisette rapportait des poissons par dizaine.Renseignements pris auprès du jeune qui nous accompagnait, il nous confirma que ces mares restaient en eau malgré la période sèche, alimentées, j'imagine, par des eaux souterraines. Ces mares n'étaient ni plus ni moins que les viviers des futurs reproducteurs.
Qui ne connaît pas un aquariophile ayant rencontré des soucis dans la maintenance de ses poissons auxquels il tient autant qu'à la prunelle de ses yeux? Il n'y a qu'à voir les difficultés que rencontrent certains à la maintenance du discus sauvage. Mème Cédric y a renoncé.
Il m'arrive de rencontrer des gens ici conscients de la raréfaction des ressources et qui souhaitent trouver des solutions, comme par exemple la création de piscicultures où les poissons seraient élevés dans des conditions semi-naturelles, pour continuer à alimenter le hobby aquariophile avec un impact limité sur leur environnement. C'est le rêve de mon ami Wilder. Seuls les moyens lui manquent.
Il n'y a pas que des occidentaux passionnés pour se préoccuper de la maintenance dans de bonnes conditions et de la préservation de souches de bonne qualité.

Désolé d'avoir été si long mais il y a presque deux ans que je n'étais pas intervenu. Mais nous aurons bientôt l'occasion de reparler de tout cela de vive voix si cela vous intéresse.

Bonne réflexion et très bonne journée à tous

120Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 14 Nov 2014 - 20:54

lolo le CAJun

lolo le CAJun
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Mais bien sûr que cela nous intéresse !! Nous serons très heureux de te revoir.


__________________________________________________
Vice-Président du CAJ / Consultant

121Des nouvelles de la fédération. - Page 5 Empty Re: Des nouvelles de la fédération. le Ven 14 Nov 2014 - 23:07

Damien

Damien
Modérateur
Modérateur
Très intéressant ton retour d'information Philippe ! A bientôt j'espère !


__________________________________________________
Modérateur

«Il paraît que notre cerveau ne fonctionne qu’à 50 % de ses capacités.
Je n'y crois qu’à moitié...»

Revenir en haut  Message [Page 5 sur 5]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum